Musique, spiritualité orthodoxes photos et compte-rendu

Photographies (tous publics)     -      Video (adhérents uniquement).... Pour adhérer...

Conférence sur « la musique dans la spiritualité et la liturgie orthodoxes » : Une assistance motivée et très attentive.


23-11-2019 - La salle Saint-Clément de la marbrerie de l’Abbaye de Solesmes était remplie à 15h au moment où le Père Jean-Clément Jollet, recteur de la paroisse grecque orthodoxe de Tours, débutait une conférence passionnante sur la musique dans la spiritualité et la liturgie orthodoxes.

Il ne s’agissait pas d’un cours de formation musicale pour virtuose mais d’un enseignement sur la place de la musique dans les Ecritures-Saintes et l’histoire biblique et sur sa signification dans la liturgie orthodoxe. Un éclairage très intéressant fut donné sur le rôle respectif des instruments de musique et de la voix humaine à travers l’histoire, dans les deux grandes traditions, la grecque qui s’étend principalement au pourtour méditerranéen et la slave qui s’applique principalement à la Russie d’autre part.


Dans l’assistance, deux moines de l’Abbaye avaient pris place, Dom Jacques Guilmard et Paul Debout o.s.b.. Madame Michèlle Nikitine, membre du groupement œcuménique du Mans et Présidente de la paroisse orthodoxe de la Nativité du Christ au Mans était également présente. Des familiers de l’Abbaye mais aussi des auditeurs venus de Sablé, du Mans et de Tours formaient l’essentiel de l’assistance qui allait prêter une oreille attentive au Père Jean-Clément.


Après le mot d’accueil prononcé, au nom du Père Abbé, par Dom Jacques Guilmard o.s.b., qui a rapidement évoqué la position de Dom Guéranger sur la place du chant dans la liturgie, Jean-Pierre Fattal, président des Amitiés Catholiques-Orthodoxes de Solesmes a expliqué les motivations qui ont conduit à la création de l’association et présenté la personne du Père Jean-Clément ainsi que son parcours professionnel qui l’a conduit à publier plus d’une soixantaine d’ouvrages pédagogiques. Simultanément, les postes que ce dernier occupaient dans divers conservatoires l’ont amené un jour à prendre la direction de celui de Tours ; il terminait en 2018 son chemin professionnel comme maître de conférence à la faculté de musique et musicologie de l’université de la ville.


C’est ensuite au tour du Père Jean-Clément de prendre la parole. Il rappelle que l’Eglise orthodoxe est une communion d’un certain nombre d’Eglises locales qui, depuis le VIe siècle, se sont développées et étendues pour former aujourd’hui une quinzaine de Patriarcats de tradition byzantine et russe.


Rappelant quelques prémices historiques, il introduit rapidement l’auditoire dans le vif du sujet en précisant que la musique est une forme de théologie tournée vers Dieu, lorsqu’elle s’exprime dans la liturgie qui, chez les orthodoxes est vue comme une « action commune ». « Il y a théologie dès que l’on chante et théologie dès que l’on prie ».


Pour comprendre la place de la musique dans la longue tradition orthodoxe, le Père Jean-Clément va emmener son auditoire à travers les passages les plus évocateurs de l’usage de la musique de l’ancien (A.T.) et du nouveau testament (N.T.). Il montre par cette démarche que l’A.T. est dominée par l’emploi d’instruments de musique eux-mêmes, en reprenant notamment l’image de la lyre de David. En revanche, avec le nouveau testament, les instruments disparaissent au profit de la voix qui chante à capella et sur une tonalité monodique. La voix devient ainsi, après la naissance du Christ, l’instrument naturel par excellence de la liturgie orthodoxe, puisque la voix est, selon les termes du célèbre chantre Lycourgos Angelopoulos récemment décédé, tout le corps, toute la personne, tout l’homme.


Il ressort de la conférence, que le chant orthodoxe, qu’il soit de tradition byzantine ou russe a été, au moins jusqu’au XVIIe siècle pour le second, de forme monodique, communautaire et expression du cœur lequel est le siège de l’Esprit. Plus profondément, il est aussi expression de la louange à Dieu, moment d’éternité vécu à travers le chant et la voix, le chœur des hommes faisant alors écho au chœur des anges mais tous, hommes et anges chantent à l’unisson.


Visionnez les photos