« La priorité, protéger le christianisme au Moyen-Orient » déclare le métropolite Hilarion.

publié le 16 févr. 2020 à 09:07 par Président ACOS   [ mis à jour : 16 févr. 2020 à 09:19 ]

14-02-2020 - Dans la déclaration cubaine », « il y a beaucoup de points communs entre le patriarche et le pape », a déclaré le métropolite orthodoxe russe Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, collaborateur proche du patriarche Cyrille. « Mais la priorité pour les catholiques et les orthodoxes est de protéger le christianisme au Moyen-Orient », a-t-il ajouté.

Au cours de sa visite à Rome, quatre ans après la rencontre du pape François et du patriarche Cyrille à La Havane (Cuba), le métropolite a accordé une interview à la télévision catholique italienne TV2000 qui sera diffusée le dimanche 16 février 2020 à 20h30, indique TV2000.

L’Église, orthodoxe et catholique, a déclaré le métropolite, « a une tradition complémentaire, qui est intégrée … pour cette raison, il est important que les croyants apprennent à se connaître ».

En parlant de sa vie personnelle, le métropolite a expliqué que tout son temps est consacré au service de l’Église : « Je suis moine, a-t-il dit, je n’ai pas de famille, je n’ai pas le poids de la famille, je n’ai pas le problème d’éduquer les enfants … Le Seigneur m’a libéré de tout soin, obligation ou devoir qu’il donne habituellement aux gens normaux, j’ai plus de temps, j’ai plus de liberté, plus de possibilités et toute ma force, tout mon temps, je peux le donner à Dieu et à son service et c’est toute ma vie. »

Le métropolite a aussi accordé une interview à Vatican News en russe dans laquelle il a encore une fois répété la nécessité pour les catholiques et orthodoxes de défendre le christianisme : « Nous devons comprendre que l’avenir du christianisme est entre nos mains, a-t-il dit. Mais les chrétiens de différentes régions du monde se retrouvent souvent dans un environnement hostile, et pour maintenir le christianisme, nous devons apprendre à agir ensemble. Cela vaut non seulement pour le Moyen-Orient, mais aussi pour l’Europe et l’Amérique, où les valeurs chrétiennes sont remises en question, critiquées et souvent même expulsées de la vie publique. »

Parmi les domaines où les catholiques et les orthodoxes peuvent et doivent collaborer, le métropolite Hilarion a aussi nommé la défense du mariage, « qui est compris comme une union entre un homme et une femme, créé dans le but d’accoucher et d’élever des enfants »; la défense de « la valeur de la vie humaine du moment de la conception au moment de la mort naturelle ». « Ensemble, nous pouvons et devons affronter la propagande du mode de vie immoral qui est aujourd’hui présent dans la société laïque et dans les médias, a-t-il ajouté. Et je n’ai cité que quelques domaines qui nous ouvrent un champ très large de coopération et d’actions communes. »