Le patriarche Cyrille admet une introduction partielle du russe dans les offices divins.

publié le 25 déc. 2019 à 23:16 par Président ACOS   [ mis à jour : 28 déc. 2019 à 09:22 ]

Moscou, 20 décembre 2019 — RIA Novosti. Le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie admet officiellement la lecture, au cours des offices divins, de certains textes en langue russe contemporaine, alors que dans la majorité des lieux de culte de l’Église orthodoxe russe les offices sont célébrés exclusivement en slavon.

Ce vendredi, au cours de l’assemblée diocésaine de Moscou qui s’est tenue dans l’église du Christ Sauveur, le patriarche Cyrille a déclaré :

« J’estime que, là où les fidèles y sont prêts, la lecture des Apôtres et de l’Écriture sainte dont le texte est difficilement compréhensible soit faite en russe. Ce peut être aussi le cas de la lecture des Évangiles lors des offices célébrés à la demande des paroissiens (treby) ou de la lecture du texte complet des quatre Évangiles durant la Semaine sainte, lecture qui dans la pratique se répartit sur toute la durée du grand carême. »

Et le Patriarche ajoute que dans ce domaine, les recteurs doivent être attentifs aux souhaits de leur paroisse, car « si là l’introduction du russe peut être accueillie avec reconnaissance, dans une autre paroisse elle serait avec désagrément comme rupture avec une habitude millénaire. […] Il convient de garder à l’esprit que le but du prêtre n’est pas de réaliser ce qui lui paraît théoriquement juste, mais d’aider ses paroissiens multiplier leur amour pour les offices divins. » Enfin, le patriarche ajoute que « l’idée de traduite tout l’office divin en russe contemporain, de raccourcir ses parties dépendant des fêtes du jour et autres propositions semblables ne seraient d’aucune utilité. »

Aujourd’hui, le slavon est la langue liturgique officielle de l’Église orthodoxe russe. Dans d’autres Églises orthodoxes (Pologne, Serbie, Bulgarie etc…) les célébrations dans les langues locales sont acceptée.

Source.