Mise en garde de l'Archevêque d'Alba Iulia (Roumanie) à l'égard de technologie.

publié le 16 oct. 2019 à 12:13 par Responsable Communication   [ mis à jour : 17 oct. 2019 à 10:33 ]

14-10-2019 - L’archevêque d’Alba Iulia, le métropolite Irénée, met en garde les moines contre l’abus de leurs téléphones mobiles, ordinateurs portables et tablettes, et la perte de leur temps sur les réseaux sociaux.

Il a évoqué les « tentations » de la technologie moderne, dans une communication présentée lors de la Synaxe des starets (en Roumanie, titre attribué à certains supérieurs de monastères et de skites, ndlr), higoumènes et pères spirituels de la Métropole de Transylvanie, qui s’est tenue au monastère de l’Assomption de la Vierge Marie d’Izvorul Mureșului le 10 septembre 2019.

En ce nouvel âge et ce nouveau millénaire, nous assistons à une accélération de l’évolution de la technologie informatique et à la numérisation radicale de l’activité humaine. Peut-être qu’aucune autre invention n’a réussi à transformer profondément la vie humaine comme l’ont fait les nouveaux médias et les réseaux sociaux en ligne. Bien qu’elle donne l’impression d’une communication libre et ouverte, cette communication est en réalité artificielle et stérile, ce qui rend les gens plus solitaires qu’unis, comme le montre le chercheur américain Brian Primack de l’Université de Pittsburgh.

Avec tous leurs apports, en tant que produits venant du monde exclusivement, les nouveaux médias promeuvent des attitudes mondaines telles que le plaisir et les discours creux. De cette façon, on perd son état spirituel et on reste dans une pensée mondaine qui chasse la grâce et laisse le cœur vide.

Le chrétien et le moine, conscients de leur vocation, fuient ces moyens qui sont causes d’instabilité, d’indiscipline et de perte de temps, car les nouveaux médias captivent l’attention de l’homme et lui font perdre la notion du temps. La vie spirituelle authentique trouve sa stabilité et repose dans la prière liturgique et personnelle, dans la vie évangélique et dans la concentration sur la « seule chose à faire » (cf. Lc 10, 42). Ce n’est que de cette manière que les moines peuvent être « la lumière pour les séculiers », selon l’expression de saint Jean Climaque.

Le téléphone mobile est un moyen de communication important utilisant la technologie numérique qui, s’enrichissant progressivement d’autres fonctions, permet la connexion à Internet et aux réseaux sociaux, obtenant ainsi le statut de « téléphone intelligent ». Nous remarquons avec douleur que le téléphone nous vole le temps que nous devrions utiliser pour prier, lire la Bible, contempler.

Comme l’a dit un moine athonite, pour nous moines, le chapelet doit être le seul téléphone portable. Malheureusement, les moines qui utilisent dans leurs cellules les smartphones, les ordinateurs portables et les tablettes ne peuvent plus rester dans la solitude et l’hésychia. En naviguant sur Internet, ils sont immergés dans un monde agréable, qui répond en permanence à leurs désirs et à leurs passions.

Peut-être que vous diriez que par le biais des médias et des réseaux sociaux, vous entrez facilement en contact avec les autres, vous les réconfortez et vous leur faites du bien, vous les aidez. Mais, comme le dit le théologien Jean-Claude Larchet, « ce type de communication est en fait devenu un substitut de la communion, laquelle, dans sa réalité spirituelle, est basée sur la communion avec le même Corps et le même Esprit au sein d’une communauté concrète ».

Le moine contemporain n’a pas besoin d’identité virtuelle pour communiquer avec le monde, même avec une intention missionnaire. Ses armes doivent rester les armes spirituelles : la prière pour lui-même et le monde, le renoncement à sa volonté propre et l’ascèse. Saint Païssios l’Athonite déclare : « Le moine ne doit pas avoir pour objectif  d’afficher une évolution matérielle. C’est une honte pour le monachisme. »

Nous comprenons, bien sûr, que pour les besoins administratifs du monastère, des moyens techniques spécifiques soient utilisés, mais cela ne signifie pas que chaque moine doit y avoir accès, car cela provoquerait sa chute. En gaspillant son temps par l’usage excessif des réseaux sociaux (facebook, instagram, twitter, whatsapp, linked.in etc.), le moine fait montre d’un manque de maturité spirituelle et de discernement.

En remplaçant l’esprit philocalique par l’esprit mondain qu’il considère comme un développement ou un progrès, l’effort ascétique, la règle de prière  quotidienne, l’obéissance, et même le temps de repos sont diminués. En bref, l’ancien principe monastique Ora et labora! (Prie et travaille!) est affecté.

On demande aux moines d’appliquer l’ordre monastique: vigilance, renoncement, détachement et hésychia, qui contribuent au rassemblement des facultés spirituelles et procurent une stabilité intérieure. Si les nouveaux médias provoquent agitation, insatisfaction et peurs, entretenant les convoitises et les passions troublantes pour l’âme, en revanche « la paix extérieure apporte la paix intérieure, la paix de l’âme, et constitue la condition indispensable pour le bon travail spirituel », comme le dit saint Païssios l’Athonite. N’oublions pas les mots d’Abba Arsène: « Pourquoi êtes-vous venu? », c’est-à-dire demandons-nous pourquoi nous sommes venus au monastère. Ne permettons pas, à travers la petite fenêtre de l’écran, de revenir au monde que nous avons quitté par la grande porte. Veillons à ne pas devenir un homo connecticus par le biais de la technologie numérique, à ne pas nous éloigner de Dieu, de notre prochain et de nous-mêmes, et à ne pas nous diriger vers un monde dégradé et transitoire », a déclaré le métropolite Irénée.

Source : orthodoxie.com