Sainte-Sophie : le Haut-Comité pour la Fraternité humaine solidaire des chrétiens.

publié le 22 juil. 2020 à 08:31 par Président ACOS   [ mis à jour : 22 juil. 2020 à 08:33 ]

22-07-2020 – Cité du Vatican - Plusieurs voix se sont élevées contre la décision du gouvernement turc de reconvertir Sainte-Sophie en mosquée. Parmi elles, celles du Haut Comité pour la Fraternité humaine qui a écrit une lettre au Conseil oecuménique des Églises (COE), appelant à éviter les divisions et à promouvoir la compréhension entre les religions.

«Les préparatifs se poursuivent en Turquie pour convertir Sainte-Sophie en mosquée. La réouverture de l'ancienne église byzantine - convertie en mosquée au XVe siècle après la conquête de Constantinople par les Ottomans et transformée en musée en 1934 à la demande du président de l'époque, Mustafa Kemal Ataturk - en tant que lieu de culte musulman est prévue pour le 24 juillet. Entre-temps, les appels et les protestations dans le monde contre sa conversion en mosquée par le président turc Recep Tayyip Erdogan se sont poursuivis.

Turquie : Sainte-Sophie redeviendra une mosquée

«Plusieurs représentants importants du monde musulman se sont également joints à ces appels. Parmi eux, le Haut comité pour la Fraternité humaine (Hchf) qui a écrit une lettre au Conseil œcuménique des Églises (COE).

««Nous reconnaissons la valeur culturelle et spirituelle de Sainte-Sophie pour toute l'humanité et nous soutenons donc votre appel à éviter les divisions et à promouvoir le respect mutuel et la compréhension entre toutes les religions», est-il écrit dans la lettre signée par le juriste islamique Mohamad Abdel Salam, secrétaire général du Hchf et conseiller spécial du grand imam d'Al-Azhar Ahmad al Tayeb.

Ne pas saper le dialogue interreligieux


«Selon le Hchf, les lieux de culte doivent transmettre «un message de paix et d'amour pour tous» et ne pas être utilisés pour «contribuer à la ségrégation et à la discrimination, à un moment où le monde doit vraiment répondre à l'appel des religions à poursuivre la solidarité et à renforcer les valeurs de la coexistence et de la fraternité humaines». Dans ce sens - souligne la lettre - il est nécessaire «d'éviter toute initiative qui pourrait saper le dialogue interreligieux et la communication interculturelle et créer des tensions et de la haine entre les adeptes de différentes religions» et de donner plutôt «la priorité aux valeurs de la coexistence»

«Il en va de même pour une autre lettre envoyée au Conseil œcuménique des Églises, signée par Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation musulmane de l'Entre-Connaissance à Genève, ainsi que co-fondateur et vice-président de la Plate-forme interreligieuse à Genève, qui a exprimé son plein soutien à la lettre adressée le 11 juillet par le secrétaire général intérimaire du COE, le révérend Ioan Sauca, au président Erdogan : «Avec d'autres musulmans du monde entier, je prie pour que Sainte-Sophie reste ce qu'elle a toujours été depuis 1934 : un carrefour de connaissances, de lumière, de sagesse et de paix pour toute l'humanité», a écrit M. Ouardiri.


Le COE heureux du soutien reçu


«Le révérend Sauca, pour sa part, a exprimé sa surprise et sa gratitude pour tous ces certificats de solidarité. «C'était plus que ce que nous pouvions espérer. Je suis fier et encouragé de voir ces signes de soutien et de solidarité exprimés par nos amis musulmans. Cela montre que notre dialogue est profond et authentique et qu'ensemble nous pouvons réaliser le rêve de construire un monde pacifique dans lequel les personnes et les religions se respectent et se soutiennent mutuellement», a ajouté le secrétaire général du COE, notant que le dialogue interreligieux «existe depuis près de 50 ans et doit être approfondi», ce qui est «nécessaire aujourd'hui plus que jamais».

«Trois intellectuels turcs de renom, experts en théologie, cités par l'agence Fides, sont également intervenus au cours de ces heures au sujet de l'initiative du président Erdogan : Nazif Ay, Mehmet Ali Öz et Yusuf Dülger, qui parlent d'une «erreur irréparable», qui «détruit le message de réconciliation et de justice de l'Islam, dont le sens est la paix».