Vos questions, nos réponses

Pourquoi orthodoxes et catholiques ont-ils des dates différentes pour célébrer Noël ?

Qu'entend-on par le mot synode ?

Quelle est l'Eglise orthodoxe la plus importante et si l'on peut dire la plus prospère ?

Quelles sont les Eglises orthodoxe les plus minoritaires ?

Que sont les patriarcats de Roumanie, Bulgarie, Géorgie ?

Quel est le poids du Patriarcat de Serbie ?

Quelle est l'importance du Patriarcat orthodoxe de Moscou ?

Que représente le Patriarcat orthodoxe de Jésusalem ?

- De quels diocèses est formé le Patriarcat grec orthodoxe d'Antioche ?

Qui est le "Patriarcat Oecuménique" ou du "Patriarcat Oecuménique de Constantinople". Qu'en est-il exactement ?

Quelles relations l'Eglise catholique romaine entretient-elle avec les Eglises orientales non-catholiques de tradition byzantine ?

- Quelles relations l'Eglise catholique romaine entretient-elle avec les Eglises non-chalcédoniennes ?

Qui sont les interlocuteurs de l'Eglise catholique romaine dans le débat oecuménique ?

Que faut-il entendre par le terme d'oecuménisme / oecuménique ?

Quelle aura été la contribution du Saint Pape Paul VI au Concile et au dialogue avec les autres Eglises, après qu'il eut succédé à Jean XXIII ?

Quel était le but ultime et les objectifs du Concile Oecuménique Vatican II ?

Qu'est-ce qui a inspiré au Pape Jean XXIII l'organisation d'un concile oecuménique ?

Quel est le premier oecuménisme auquel a adhéré l'Eglise Catholique ?

- L''Eglise catholique est-elle adhérente du C.OE.E ?

Combien le C.OE.E. compte-t-il aujourd'hui d'Eglises ?

Quand et avec combien d'Eglises s'est tenue la première réunion du Conseil Oecuménique des Eglises ?

- Quand utilise-t-on le mot Oecuménisme ?

Pourquoi des dates différentes pour célébrer Noël ?

publié le 17 déc. 2019 à 13:19 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 21:27 ]

Source - Les chrétiens célèbrent Noël à quatre dates différentes : le 25 décembre, le 6 janvier, le 7 janvier et aussi le 19 janvier à Jérusalem. Aucun texte chrétien ne précise le jour de la naissance de Jésus-Christ.

Dans les premiers siècles de l’Église, certains chrétiens célébraient le 6 janvier Noël (incarnation de Jésus), mais aussi l’Épiphanie (révélation de la divinité du Christ) et les Noces de Cana (1er miracle “officiel” de Jésus). Au plus tard en 354, on a dédoublé ces événements en créant le 25 décembre une fête de Noël distincte de celle des “apparitions” (théophanies). L’Épiphanie restant à la date du 6 janvier.

C’est le pape Libère qui a souhaité christianiser la date du 25 décembre où dans l’Empire romain on célébrait le solstice d’hiver (moment où la nuit a la durée la plus longue) qui coïncidait avec les saturnales – la fête du Sol Invictus –, une espèce de carnaval (fête du dieu Mithra).

Les Églises orthodoxes et certaines Églises catholiques de rites orientaux célèbrent le 7 janvier (dans le calendrier grégorien, qui correspond au 25 décembre dans le calendrier julien : 13 jours de différence). C’est donc la même date, car aujourd’hui, le calendrier civil dans le monde est le calendrier grégorien).

C’est donc une erreur de parler du “Noël catholique” le 25 décembre et du “Noël orthodoxe” le 7 janvier. Certains orthodoxes célèbrent Noël, en effet, le 25 décembre, et certains catholiques le 7 janvier suivant la localisation de la communauté : diaspora ou pays de l’Église « mère ».

L’Épiphanie (révélation) est fêtée selon deux modalités : soit l’adoration des mages (dans l’Église catholique latine), soit le baptême du Christ (dans les autres Églises). Toutes les Églises la célèbrent 12 jours après Noël (le 6 janvier ou le 19 janvier), sauf l’Église arménienne apostolique.

La spécificité Arménienne : Les Arméniens apostoliques ont choisi de garder l’usage primitif de l’Église et de ne pas séparer les fêtes.

La fête s’appelle la Théophanie : la révélation. Le même jour, on célèbre la venue du Christ sur Terre et sa révélation comme fils de Dieu à travers la célébration de son baptême. (Le baptême de Jésus correspond à la présentation du Fils au Père, et aussi la révélation du Père à son fils unique). C’est donc une fête liturgique où la théologie de l’Église Arménienne s’exprime très clairement.
L’Église Arménienne Apostolique a adopté en 1923 le “nouveau calendrier” (grégorien) à la place du julien (pour les Catholicosats d’Etchmiadzine et de Cilicie au Liban). Seul le Patriarcat de Jérusalem est resté au calendrier Julien (à cause du “statu quo” des lieux saints).

Les Arméniens apostoliques célèbrent donc Noël et le Baptême du Seigneur le 6 janvier partout dans le monde, sauf le 19 janvier à Jérusalem.

Qu'entend-on par le mot synode ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:55 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 22:14 ]

Le mot synode dérive du latin "synodus" calqué lui-même sur le grec "sunodos" (sun = avec, odos = chemin). Comme le latin "concilium", il désignait une assemblée de personnalités réunies pour délibérer et non, comme l'étymologie porterait à le croire, un voyage fait de compagnie.

Une première distinction s'impose entre l'Orient et l'Occident. Dans les Eglises d'Orient, l'Institution patriarcale a maintenu vivante tout au long de son histoire l'existence des Saints Synodes qui sont restés davantage les "Conseils" des Patriarches que les assemblées conciliaires ordinaires ou extraordinaires des évêques soumis à leur juridiction. Les Patriarches avec leurs synodes constituent l'instance supérieure pour toutes les affaires du patriarcat".

En revanche en Occident, les termes "synodus" et "concilium" ont été appliqués concurremment aux assemblées convoquées pour prendre des décisions en matière de doctrine ou de discipline. Organes de gouvernement, ces assemblées étaient composées d'évêques ou au moins, dirigées par l'un d'eux. Dans un premier temps, on les appela toutes conciles ou synodes ; plus tard les assemblées de clercs convoqués par l'évêque diocésain reçurent seules le nom de synodes et leur décisions de "statuts synodaux" tandis que les réunions d'évêques s'appelaient de préférence "conciles".

Quelle est l'Eglise orthodoxe la plus importante et si l'on peut dire la plus prospère ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:53 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 12:54 ]

L'Eglise de Grèce a sans aucun doute été la plus prospère du monde orthodoxe jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989; elle comptait alors 77 diocèses.

En effet, en parcourant la Grèce, on y voyait de très nombreux lieux de culte. Il y en avait toujours en cours de construction. L'importance de cette Eglise à l'étranger, son influence et le rayonnement de ses collectivités dispersées dans le monde lui donnaient une importance particulière. 

Aujourd'hui la situation n'est plus la même puisque d'autres patriarcats sont entrés dans une nouvelle dynamique à partir des années 90.

Quelles sont les Eglises orthodoxe les plus minoritaires ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:51 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 12:52 ]

Minoritaires et sur une tout autre échelle que l'Eglise de Grèce, se trouvent être les églises suivantes :

L'Eglise de Pologne qui compte moins d'un million de fidèles répartis sur quatre diocèses. 

Quant à l'Eglise d'Albanie, si elle a connu des décennies d'athéisme forcé, elle est aujourd'hui en pleine renaissance. Elle dispose désormais de plusieurs évêques, de plus d'une cinquantaine de prêtres et d'une vingtaine de nouvelles églises construites au cours des dernières années.

Les Eglises orthodoxes de la République Tchèque et de Slovaquie sont également très minoritaires avec à peine plus de 100.000 fidèles chacun répartis sur deux diocèses chacun.

Que sont les patriarcats de Roumanie, Bulgarie, Géorgie ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:47 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 21:04 ]

De quoi le Patriarcat de Roumanie est-il composé ? Il aurait une cinquantaine de diocèses dont certains à l'étranger. En avançant un chiffre de 16 millions de fidèles, nous ne devrions pas être trop loin de la réalité.

Un peu plus petit se trouve être le Patriarcat de Bulgarie. Il compte 11 diocèses dans le pays et un en Amérique. Le nombre de fidèles devrait avoisiner 7 millions de fidèles.

Du même ordre avec 15 diocèses dont 7 sont vacants se révèle être le Patriarcat ou Catholicossat de Géorgie qui a subi les contre-coup de la politique antireligieuse de l'URSS. Le nombre de pratiquants est très faible avec 150000 à 200000 fidèles alors que le nombre de baptisés atteindrait près de 50% de la population.

Quel est le poids du Patriarcat de Serbie ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:43 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 12:44 ]

Le Patriarcat de Serbie compte 20 diocèses sur son territoire en plus des diocèses à l'étranger, qui seraient d'au moins cinq si l'on tient compte des anciennes limites de l'Eglise serbe en Europe orientale et dans les Balkans. En outre, la guerre de de décomposition de la Yougoslavie a accru les communautés hors d'Europe. Le nombre de fidèles sous la juridiction de ce Patriarcat est estimé en tout à 12 millions.

L'Eglise de Macédoine qui dépendait du Patriarcat de Serbie, s'est constituée en Eglise autocéphale.

Quelle est l'importance du Patriarcat orthodoxe de Moscou ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:40 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 12:42 ]

Le Patriarcat de Moscou compte plus de 60 diocèses répartis entre la Russie et les pays anciennement sous domination soviétique. A cela, il faut ajouter un certain nombre de diocèses dans des pays autres où les fidèles ont opté pour le rattachement à la juridiction de Moscou plutôt qu'à celle de Constantinople ou de l'Amérique du Nord. C'est le cas présentement du rattachement très probable de l'Eglise russe européenne au Patriarcat de Moscou.

Si le nombre de pratiquants au sein du Patriarcat de Moscou est estimé à près de 60 millions, le nombre de baptisés est bien supérieur.

Il faut aussi rappeler que le Patriarcat de Moscou dispose d'un droit de regard sur les Eglises "autonomes" de Chine et du Japon.

Que représente le Patriarcat orthodoxe de Jésusalem ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:37 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 21:05 ]

Le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem est desservi d'une part par des moines venus de Grèce et qui font partie de la confrérie "hagiotaphite" * et d'autre part par le clergé arabophone. La population qu'ils desservent est inférieure à 100.000 personnes réparties sur le territoire d'Israël et dans les camps de réfugiés palestiniens des pays voisins. On compte également une petite collectivité à Chypre.

Le Patriarche de Jérusalem exerce un droit de regard sur l'Eglise autonome du mont-Sinaï, monastère Ste Catherine et dépendance.

Mentionnons également l'Eglise apostolique de Chypre qui comprend six diocèses. L'un de ces diocèses est entièrement en territoire de Chypre occupé par les turcs tandis que trois autres ne sont que partiellement dans la partie turque de l'ile.

* Hagiotaphite : n.m. du grec "agios" "taphos" = "Saint Sépulcre". Ses membres appartiennent à la confrérie du Saint-Sépulcre qui fait partie du patriarcat de Jérusalem des grecs orthodoxes.

De quels diocèses est formé le Patriarcat grec orthodoxe d'Antioche ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:33 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 12:35 ]

Disons déjà que sa langue officielle est l'arabe. Il compte une douzaine de diocèse, présent en Syrie, au Liban, en Irak, en Iran, en Turquie, dans la péninsule Arabique et au Kuwait. Comme pour toutes les Eglises du Proche-Orient, les communautés sont dispersées; aussi les arabophones orthodoxes d'Europe et d'Amérique reconnaissent sa juridiction.

De quels diocèses est formé le Patriarcat orthodoxe d'Alexandrie ?

publié le 17 déc. 2019 à 12:30 par Président ACOS   [ mis à jour : 17 déc. 2019 à 12:32 ]

Le Patriarcat d'Alexandrie comprend normalement 14 diocèses; un chiffre important pour une population réduite sur laquelle nous ne disposons pas de chiffres récents. Ces 14 diocèses sont répartis entre :

1° - l'Egypte (5)

2° - le reste du continent africain (9).

Sur les 9 diocèses africains,

3° - 6 sont à l'intention de grecs (Soudan, Ethiopie, Afrique du Nord, Afrique du sud, Rhodésie et Cameroun). 

4° - 3 autres formant une Eglise autochtone sous la juridiction du Patriarche d'Alexandrie, seraient des diocèses purement africains : Kenya, Ouganda, Zaïre, Tanzanie et Ghana.

Le développement du Patriarcat d'Alexandrie en Afrique noir s'expliquerait par le fait que les populations de ces diocèses ressentiraient plus de proximité pour le rite byzantin, qui serait, d'une part, plus proche de leur esprit traditionnel que le rite latin associé aux pays d'Europe occidentale.

1-10 of 23